De la Mère Noire primordiale, à Christiane Taubira.

( Rene Louis Etile, Egyptologue, Ingénieur en chef, Membre fondateur d'Africamaat )


« Ce n’est pas tant ce que les gens ignorent qui pose des problèmes, c’est tout ce qu’ils savent et qui n’est pas vrai »

Pour la Renaissance de notre site web, nous proposons un « résumé » de faits scientifiques qui souligne avec force le message divin de la femme noire dans l’Histoire de l’Humanité

( NB. nous aurions préféré dire « la Féminité » au lieu de « l’Humanité » ).

Si personne ne semble encore avoir définitivement démontré « l’universalité des droits de la femme et de l’homme », en ce qui concerne la profondeur de la bêtise humaine il existe un sérieux faisceau de présomption…

L’imbécile est inculte, c’est vraiment dommageable pour la société car ce n’est pas la culture qui coûte cher à un pays, c’est le manque de culture ! Le raciste est un menteur et derrière tout menteur, il y a un voleur ( comme le disait la maman de Ray Charles ).

[page]

Cependant, ce n’est pas le mensonge qui mène le monde, c’est l’ignorance. Exemple
d’ignorance (?) :

Anne-Sophie Leclere ( ancienne membre du Front National ) avait notamment assumé un photomontage comparant Christiane Taubira à un singe, qu'elle avait diffusé sur son compte Facebook.


( Christiane Taubira et sa petite fille. )



Au fait, Jeanne d’Arc, icône du F.N., priait-elle pour un singe ou pour une Vierge noire ?

Offrons humblement aux ignorants un peu de connaissance. Cadeau !

[page] Sommaire :
  • La Mère noire primordiale
  • Les Déesses noires
  • Les Vierges noires du Christianisme
  • La chute et la diabolisation de la femme
  • Jeanne d’Arc, la Vierge noire et le FN
  • Conclusion


I). La Mère Noire Primordiale.


( ' Mère Noire ' )



Selon des preuves archéologiques irréfutables, nous savons aujourd’hui que Dieu en tant que potentat unique et masculin n’a pas toujours existé. L’humanité a d’abord connu la prépondérance de la Grande déesse noire, Mère primordiale avant les dieux masculins.

[page]

Donc : « Dieu fut d’abord déesse. »

La « Très belle » Mère génétique de chacun de nous est africaine et noire. Elle est la plus ancienne divinité que nous connaissons :
Attestations Archéologiques à plus de 50 000 av. J.-C. d’une divinité féminine.

La plus ancienne divinité « au masculin » remonte à 7 000 ans. En effet, ce n’est pas avant 7 000 av. J.-C. environ, que la divinité féminine fut rejointe par une représentation masculine, qui demeura néanmoins moins importante pendant longtemps.

Au Paléolithique, les signes de notre plus ancienne mère étaient la couleur rouge ocre ( symbolisant le sang de l’accouchement et de la menstruation ) et le V pubien, tous les deux représentés dans les grottes africaines. Puis au Néolithique, l’ocre rouge fut utilisée en abondance par d’autres Noirs : les égyptiens anciens de l’époque pharaonique ; et par de nombreuses autres civilisations négro-africaines jusqu’à aujourd’hui.

Les Valeurs de la Mère primordiale étaient la Justice ( et la résistance contre l’injustice ) l’égalité ( plus précisément l’équité ), et le respect de la terre et de ses créatures ( entre autres, le respect de la Vie. )

Après 50 000 av. J.-C., des migrants africains emportèrent ces signes et les croyances en la mère noire vers les autres continents.

Tous les Faits scientifiques confirment l’Origine africaine de la Civilisation du Monde.

D’entrée et pour que les choses soient bien claires, la plus grande et la meilleure contribution que nous possédons sur la « Mère Noire primordiale » et sur les « Vierges noires », nous la tenons d’une femme
« blanche », américaine d’origine sicilienne, féministe et juive. Nous avons eu la chance de l’écouter puis de l’approcher lors d’un colloque d’Égyptologie et d’Histoire à Paris, il y a plus d’une dizaine d’années. Nous avons par la suite fait nos recherches personnelles sur le sujet.

Il s’agit de Lucia Chiavola Birnbaum.

[page]

( Chiavola Birnbaum )


Elle est à l’origine de deux livres que nous conseillons vivement de lire : « Black Madonnas… » et « Dark Mother ».

Emmanuel Anati, Archéologue italien qui fait aujourd’hui figure de la plus grande autorité mondiale sur l’Art rupestre, a déclaré que la plus ancienne Religion qui nous soit connue est centrée sur une femme, que la plus ancienne divinité qui nous soit connue était femme : « Chacun de nous descend de cet ancêtre commun ».

( Emmanuel Anati )

[page]

Anati montrera que la source d’art pariétal préhistorique la plus riche au monde se trouve en Afrique sub-saharienne là où apparurent pour la première fois les humains modernes. La couleur rouge ocre étant la « plus ancienne trace de création artistique dans le monde. »

La nature utérine de cette civilisation mondiale des premiers temps est suggérée par le constat ( fait par Anati ) de l’omniprésence de la couleur rouge ocre dans les dessins rupestres africains vers 60 000 à 50 000 av. J.-C. au moment où les africains emportaient avec eux ce signe de la Mère noire dans leurs migrations vers les autres continents.

Anati attribue implicitement aux africains, les premiers humains modernes, les origines de la civilisation du monde ( l’art, le langage bien articulé, une aptitude à l’abstraction, la synthèse, la conceptualisation, les bases des religions, du raisonnement et de la philosophie ).

Dans les années 1980 et 90, le généticien italien/américain L. Luca Cavalli-Sforza et ses collègues internationaux pistèrent l’ADN de population précisent et confirmèrent tour à tour : les origines des humains modernes en Afrique sub-saharienne, les différentes « Isis » ( ou « Èves » africaines ), et les migrations africaines des homos sapiens sapiens vers les autres continents après 50 000 av. J.-C.

En 40 000 av. J.-C., des migrants africains émigraient en Asie occidental, à Har Karkoum dans le Sinaï et créaient un immense sanctuaire ( vestiges de feux anciens, plateformes rondes ou ovales surmontées d’autels, dessins de galets, sentiers menant à des formations de pierres ). Donc, bien avant Moïse, il y avait sur le mont Sinaï des activités religieuses. Plus tard, ce sanctuaire africain deviendra le lieu fondateur du Judaïsme, du Christianisme ( judéo-chrétien ) et de l’Islam. ( Voir Anati à ce sujet )

Les regards de ces migrants ont toujours été tournés vers une divinité féminine noire. En son honneur des sanctuaires de vierges noires lui seront érigés durant l’ère chrétienne.
Les tenants de la Bible se sont inquiétés de ce que les découvertes archéologiques d’Har Karkom puissent remettre en question la véracité des écritures bibliques.
Cette Montagne de 40 000 av. J.-C., qu’Anati appelle « Montagne de Dieu », recèle des traces de culture africaine.

À l’âge de bronze, le site est devenu une « montagne sacrée d’une importance exceptionnelle » dont l’ensemble d’autels, de sentiers, de mégalithes et d’alignements de galets prit le nom de « Mont Sinaï », lieu fondateur du judaïsme, du Christianisme et de l’Islam.

[page]

Les Mégalithes africains d’Har Karkom ( de 40 000 av. J.-C., le plus ancien groupe de mégalithes au monde ) précèdent ( d’une éternité ) les structures mégalithiques de Malte ( postérieurs à 3 800 av.
J.-C. ), de Grande Bretagne ( ceux de Stonehenge, 2 300 av. J.-C. ), de Crête ( ceux des Temples, 2 000 av. J.-C. ) et d’ailleurs.

( Mégalithes de Stonehenge )


À l’époque chrétienne, les Mégalithes de France furent associées à Sainte Anne, grand-mère de Jésus et mère de Marie. À la Renaissance ( en Europe ), Masaccio peindra sainte Anne en couleur noire. Des figurines de femmes corpulentes appelées « Vénus » ou déesses, ont été découvertes le long des voies africaines de migrations ( Italie, France, grottes de Grimaldi, Monaco, Pyrénées, littoral méditerranéen, Dordogne, Autriche, Allemagne, Républiques tchèques et slovaques, Bulgarie, Roumanie )

L’Afrique au sud du Sahara, où apparurent les premiers humains modernes, est la région du monde la mieux lotie en art rupestre.

[page]

La migration africaine vers les autres continents est confirmée par le témoignage de L’ADN
( notamment l’ADN présent dans la mitochondrie, cet ADN se transmet uniquement par la lignée de la mère ), par l’art rupestre et par une similitude du type physique des figurines préhistoriques d’Afrique, d’Europe et d’Asie.

Le nom disgracieux de ce type physique est stéatopygie.

L’Archéologie a confirmé les écrits d’Herodote ( grec, surnommé Père de l’Histoire par les Européens ) lorsqu’il affirmait que les Africains avaient été les premiers bâtisseurs de temples.

La génétique et l’archéologie ont confirmé les recherches de Marija Gimbutas ( « The Civilization of the Goddes » et « The Language of the Goddess » ) selon lesquels la civilisation de l’Europe ancienne antérieure à 4 000 av. J.-C. était harmonieuse, les croyances manifestes dans l’art rupestre tournaient autour d’une femme génératrice de vie et métaphore de la fécondité de la terre, et les peuples préhistoriques vivaient de façon coopérative, sans guerres ni forteresses ou esclavage.

Selon la Thèse de Gimbutas ( confirmée par L. Luca Cavalli-Sforza ), après 4 000 av. J.-C., des guerriers violents venus des steppes eurasiatiques s’abattirent sur cette civilisation de la Mère.

Ces indo-européens, surnommés Kurgans comme leurs tumulus, sont également connus sous le nom d’aryens.

Les scribes de cultures « dominantes » qui ont érigé en principe l’origine aryenne ou indo-européenne de la civilisation occidentale, ont ignoré la probabilité selon laquelle avant la fonte des glaces la péninsule de l’Asie que les Grecs appelaient Europe, ait pu être par endroits contiguë à l’Afrique, facilitant par là une première migration africaine vers cette région qui ne devait porter le nom d’Europe que bien plus tard.

Ivan Van Sertima s’est efforcé d’attirer l’attention sur les représentations africaines que l’on retrouve dans la civilisation olmèque.

[page]

Rebecca Cann professeur d’anthropologie moléculaire pense que la théorie basée sur l’ADN – qui confirme une transmission génétique par la mère – n’est pas du goût de certains scientifiques mâles.


( Rebecca Cann )


Dans « la Civilisation de la Mère Noire », c’est la succession matrilinéaire qui était de mise, et cependant les sexes coexistaient pacifiquement. Certaines « Reines Mères » ont régné seules, beaucoup d’autres ont régné avec leurs maris et leurs fils. Dans les Cultures africaines centrées sur la Mère, les religions ont également coexisté pacifiquement. La « Vérité – Justice », le Respect de la Vie, l’ordre, l’équité, nous ont été légués par la Mère noire.

II). Les Déesses Noires.

C’est la Mère noire qui a donné les déesses noires, Maât, Isis et toutes les autres déesses noires de l’Antiquité ( Hathor, Sekhmet, Bastet, …Artémis, Tanit, Cybèle, Astarté, etc... )

Maât est la déesse de l'ordre, de l'équilibre du monde ( équilibre cosmique ), de l'équité, du Respect de la Vie, du bonheur, de la tolérance, de la vérité et de la justice.

Elle est l'antithèse d’Isfet ( le chaos, l'injustice, le mensonge, le désordre social, … ).

Maât est la substance divine dont se nourrissent les divinités. Elle est le Pain divin qui revivifie et soutient ceux qui sont en harmonie avec son être. On boit de sa rosée.

[page]

Le plus important des rites pharaoniques était celui de la « Présentation de Maât », la déesse qui personnifiait le concept de maât ( Justice et Ordre universel )


( Déesse Maât )



( Image la plus populaire de la déesse Isis : Isis donnant le sein à son fils Horus )



La déesse incarne la mère universelle, la femme puissante, ainsi que la magicienne qui fait renaître son époux, et règne ainsi à jamais sur la vie et la mort par les cycles de renaissance.
Durant le premier millénaire avant J.-C. et jusqu’au cinquième siècle après J.-C., la Divinité principale du monde méditerranéen était l’Africaine Isis ( Asèt / Aséta / Aïssatou ), mère noire aux multiples noms.

Grande Mère de la Méditerranée, Isis a hérité d’une longue tradition africaine de la matrice dont les symboles sont la couleur rouge ocre, le V pubien ( entre autres… ) Originaire du sud-africain
( Soudan-Nubie ), d’une région dont la civilisation avait fleuri depuis au moins cinq cent ans avant la construction des grandes pyramides d’Egypte.

[page]

Dans son sanctuaire de Philae en Afrique, Isis était noire, Métaphore de la mère noire de l’humanité et précurseur des Vierges noires de l’Europe chrétienne, comme des Vierges blanchies par l’église.

Reine du Ciel et de la Terre, elle fut facilement transformée en Mère sainte chrétienne. C’est bien le Soudan ( Koush ) qui a donné à Kémèt ( Egypte antique ) et au reste du monde Aséta ( Isis ), la déesse noire la plus connue au monde.

Avant que les préoccupations racistes ne viennent semer la confusion sur la question, il était évident en soi pour les historiens de l’antiquité, comme Diodore de Sicile ( historien ayant vécu deux décennies avant Jésus ) que la Civilisation était née en Afrique, que la plus grande divinité du monde connu était Isis, Mère noire d’Afrique.
Isis est la véritable origine de toutes les « Vierges » du Christianisme.

Attention ! : Ce sont les Pères de l’Église qui ont réduit la signification de la virginité à la chasteté sexuelle, mais les femmes antiques et les féministes contemporaines considèrent qu’une vierge est une femme inviolée qui fait ses propres choix, sexuels ou non.

III). Les Vierges noires du Christianisme.

L’Idéologie raciste occidentale commente parfois l’existence de ces nombreuses vierges noires en ces termes :
« La vénération de la Vierge Noire en France, comme partout en Europe, est l’une des énigmes non élucidées au sein de l’Église catholique. »;
« La présence de ces Vierges Noires dans le monde, et surtout en Europe, est d’autant plus fantastique qu’elle pousse, au-delà des croyances, à se questionner et pose une énigme archéologique et historique passionnante. »;
« Car le mystère des origines reste entier. On a parlé de visages noircis par la fumée des cierges, d’oxydation des lamelles métalliques recouvrant le visage, de bois noirci par un long enfouissement dans l’eau. »;
« On a pensé à propos de vierges rapportées par les Croisés à l’image de certaines femmes rencontrées là-bas. On a évoqué une illustration de Cantique des Cantiques ( Je suis noire et pourtant belle… ) »;
« La plupart de ces Vierges Noires ont causé, historiquement, beaucoup de soucis à l’Église
catholique. »
On maintient ainsi le Chrétien ( en particulier le Catholique ) dans l’ignorance totale de la vérité historique !

[page]

Certains avouent aux bouts des lèvres : « Une autre hypothèse fait de Marie le successeur des divinités noires qui régnaient sur le monde des morts, la plus connue étant Cybèle, mère des dieux grecs ramenée à Rome sous la forme d’une pierre noire. » ;
« Depuis le XIXe siècle, plusieurs de ces Vierges Noires ont été remplacées par d’autres icônes plus conformes au dogme chrétien du modèle marial , ou tout simplement repeintes. Malgré tout, elles sont jusqu’à aujourd’hui l’objet de pèlerinages, et on leur accorde de grands pouvoirs de guérison, de fertilité et de fécondité. »
Ces pensées, nous les retrouvons facilement lors de recherches sur Internet concernant les vierges noires.

Au cours des premières années de l’ère chrétienne, la Religion africaine d’Isis et de son fils Horus, représenté en Asie occidentale par Cybèle et Attis, se fondit en la Mère chrétienne Marie / Maria
( signification : L’Aimée ) et son fils Jésus / Iésous ( son véritable nom : Âshiou / ‘Îsâ ).

Les Sibylles, qui gardaient la Mère noire en mémoire, ont été les précurseurs des Vierges noires. Dans le Judéo-Christianisme, la Mère noire fut déguisée en Sophia ( ou Sagesse ), ou fut simplement effacée.

Les Historiens européocentristes qui se referont aux Sibylles, omettront volontairement la Sibylle de Libye ( c’est-à-dire d’Afrique pour les anciens ).

Une « omission » qui marque peut être le point de départ de l’effacement historique des Origines africaines de la Civilisations du Monde.
Quand la suppression violente s’avérait inefficace, les autorités judéo-chrétiennes avaient recours à la
« Cooptation » ( par exemple d’après Augustin, les Sibylles avaient prédit l’avènement du
Christianisme ! )

Les Vierges noires, toutes populairement vénérées, ont été ingurgitées par l’Église. Cependant, le
« Malaise Clérical » saute aux yeux :

Les racistes disent souvent qu’elles ne sont pas « Noires » mais « Sales » ou « noircies à cause des bougies » !!!
En vérité, la mémoire de la Mère noire prit la forme de la vénération de la Vierge, et de ses images noires en particulier.

En réalité, il n’y a jamais eu des « Vierges blanches » mais des « Vierges blanchies ». Isis est la véritable origine de toutes les « Vierges » du Christianisme.

[page]

La plus ancienne Vierge connue du Christianisme primitif est noire.

( La Madonna Dell’Adonaï )



Elle se trouve sur une ancienne voie migratoire maritime africaine, à Brucoli ( en Sicile ), dans une petite église. Brucoli fut aussi une colonie cananéenne, puis ce lieu servit de théâtre d’une guerre opposant les Cananéens, dont la civilisation était centrée sur la Mère, aux Grecs et aux Romains aux cosmologies patriarcales. Le Sanctuaire fut baptisé « Sainte Marie Mère d’Adonaï ». C’est « le Plus Ancien Sanctuaire » connu consacré à Marie.
Parmi les plus anciennes de France :

( La Vierge Noire de Tournemire château d’Anjony - Cantal )

[page]

( Procession mariale - Vierge noire Le Puy-en-Velay, Haute-Loire )



IV). La chute et la diabolisation de la femme.

Selon le très célèbre généticien Cavalli-Sforza, une des plus grandes autorités mondiales en génétique, jusqu’à 5 000 ans av. J.-C., les migrants qui avaient gagné les autres continents à partir de l’Afrique étaient tous noirs. Antérieurement aux invasions d’aryens à peau claire après 4 000 av. J.-C., tous les peuples méditerranéens ainsi que leurs divinités étaient noirs.

Selon les données archéologiques ( voir par exemple les recherches de Guimbutas et de Chiavola-Birnbaum ) confirmées par la génétique, des envahisseurs aryens en provenance des steppes eurasiatiques, et vénérant un dieu céleste mâle, attaquèrent la Civilisation de la Mère noire à travers toute l’Europe après 4 000 av. J.-C.

Par exemple, les aryens grecs colonisèrent la Sicile au 8e siècle av. J.-C., suivis au 3e siècle par les aryens romains ( avant la Sicile était africaine et en particulier Syracuse ).
L’impact de la violence des envahisseurs aryens est manifeste à travers le mauvais traitement que les mâles grecs et romains ont réservé aux femmes, aux esclaves et aux animaux ( par exemple à travers le mépris et l’infantilisation de la femme, les orgies sauvages populaires, le sacrifice gratuit animal ).

Quelques soient ses splendeurs, la Culture antique de la Grèce reflète la violence des indo-européens / aryens qui envahirent la Macédoine et la Dalmatie au cours du millénaire avant l’ère chrétienne. Les Aryens vainquirent des peuples pacifiques qui enterraient leurs morts, contrairement aux envahisseurs aryens qui disposaient d’armes de bronze et incinéraient leurs morts. Ils imposèrent leurs croyances patriarcales.

[page]

Malgré les éloges que lui feront les théoriciens occidentaux aux 19e et 20e siècles, cette Culture patriarcale de la Grèce était caractérisée par la violence et la subordination hiérarchique du peuple. Elle est devenue l’icône aryenne des racistes européens/américains et des peuples qui transmettent le racisme, généralement de façon inconsciente, à notre époque.

Les Romains vainquirent les carthaginois/cananéens/africains en Afrique, en Sicile et à Malte. Les Romains détruisirent la cité africaine ( Carthage ) en 146 av. J.-C. en proclamant « Cartago delenda est », avant de répandre du sel sur le sol afin qu’aucun être humain ne puisse y vivre.

À l’instar des Nazis et racistes du 20e siècle qui, se considéraient aryens, placèrent les africains au bas de leur hiérarchie raciale et tuèrent des millions d’africains, d’amérindiens, de juifs, de gitans et d’autres, les souverains de la Grèce et de la Rome antiques étaient violemment hostiles aux Carthaginois africains et sémites.

Au 15e siècle, les envahisseurs espagnols portèrent l’inquisition à Malte et en Sicile ( chasse aux
« sorcières » ). La culture patriarcale violente et dominante se manifeste dans l’aménagement militariste des églises catholiques et dans l’utilisation des statues féminines comme figures de honte. Les Autorités ecclésiastiques et séculières tentèrent d’éclaircir les images de la Vierge Chrétienne, dont les représentations étaient noires.

Dans le Manuel de l’Inquisition, « Malleus maleficarum », il est dit des femmes qu’ « elles se sont liguées avec le Diable », croyance à la base des lois et coutumes civils et ecclésiastiques justifiant la subordination, le contrôle, et la persécution des femmes.

Dans les Cultures patriarcales ou les Cultures dominées par le Patriarcat, les Jurons sont souvent suivis du « Nom de la Mère » – ( « Motherfucker » ( en anglais ), « Bonda Manman ou » ( en créole de la Martinique ), « Kounia Manman ou » ( en créole de la guadeloupe ), « Nick ta Mère » ( en français ), etc...

Toutes ces insultes sont avant tout destinées inconsciemment à notre Mère Noire Primordiale !

• Platon ( 429 - 347 av. J.-C. ) : ' République ; Le Timée ; Le Banquet '

Platon soutient que les hommes qui, dans leur première vie, « étaient lâches ou qui passaient leur vie dans l'injustice...furent changés en femmes à la seconde naissance », attestant ainsi de ce qu'être une femme est une punition du sort. L’homosexualité masculine est justifiée par une procréation intellectuelle et morale ( accoucher les esprits ). La procréation de l'esprit ( homme avec homme ) est supérieure à la procréation physique ( femme avec homme ).

[page]

• Aristote ( 384 - 322 av. J.-C. ) : ' Politique ; De la génération des animaux '

Aristote situe la femme aux limites de la cité et de la sauvagerie, de l'humain et de la brute. La capacité délibérative de la femme est nulle. Elle ne partage pas la position constitutive du citoyen. Si le sperme du mâle dépérit, il engendre une femelle, qui ressemble à sa mère. Si le sperme de mâle est fort, comme c'est la règle, il génère un mâle.

La femme est donc pour Aristote la première manifestation de la monstruosité. Le monstre est l'enfant qui ne ressemble pas à son père. S’il n'y avait que des géniteurs mâles, l’humanité serait parfaite.

• ' Thora '

Pour la Thora la femme commet le premier péché de l'histoire de l'humanité (Gn 3/6), celui qui coûtera la vie à l’homme.

D’après Yahvé : un homme entre vingt et soixante ans vaut 50 sicles d’argent alors qu’une femme n’en vaut que 30.

La valeur d'un individu est fonction de son sexe et de son âge. ( Le Lévitique 27 )

Yahvé créa l'homme à son image mais la femme est tirée de l’homme. ( Gn 1/26, Gn 2/18, Gn 2/22 )

Pour la purification de la femme accouchée, on précise : si elle enfante une fille, elle reste deux fois plus longtemps impure que pour l'accouchement d'un garçon. (Le Lévitique 12)

• Épîtres de Paul

« Le chef de tout homme, c'est le Christ; le chef de la femme, c'est l'homme; et le chef du Christ, c'est Dieu. »
« Pendant l'instruction, la femme doit garder le silence, en toute soumission. Je ne permets pas à la femme d'enseigner ni de faire la loi à l'homme. Qu'elle garde le silence. C'est Adam en effet qui fut formé le premier, Ève ensuite. Et ce n'est pas Adam qui se laissa séduire, mais la femme qui, séduite, se rendit coupable de transgression »
( à voir : 1Cor 11/3, 1 Cor 11/8 à 11/9, 1 Cor 14/34 à 14/35, Ep 5/21 à 5/24, Col3/18, 1 Tm 2/11 à 2/14, Tt 2/5 )

[page]

• Coran

« Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci... Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre l'obéissance ; vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle... » ( Sourate 4 Verset 38 )

« Dieu vous commande, dans le partage de vos biens entre vos enfants, de donner au fils la portion de deux filles ;… » ( Sourate 4 verset 12 )

V). Jeanne d’Arc, la Vierge Noire et le F.N. ( Front National )


( Vierge noire Notre-Dame du Puy-en-Velay, gravure de Veyrenc, 1778 )


( La vierge noire du XIIIème siècle de la Basilique Notre-Dame-des-Miracles de Mauriac - Cantal ).

[page]

( Vierge Noire Le Puy-en-Velay, Haute-Loire )



• Jeanne d’Arc et la Vierge noire.

Il existait autrefois à Orléans une Vierge noire appelée « Notre-Dame des Miracles » ou « Sainte Marie l'Egyptienne »

Vierge noire de Notre Dame des Miracles à Orléans : Jeanne d'Arc vint s'y recueillir peu de temps avant d'aller combattre les anglais.
Le peuple supplie la « Sainte Vierge » de venir au secours, et Charles VII n’a plus d’autre espoir. C’est le moment où Jeanne d’Arc vient sauver la France de l’invasion anglaise :
« Je suis venue au roi de France de par la bienheureuse Vierge Marie ! » dira-t-elle à ses juges

L'histoire du siège d'Orléans ( 1428-1429 ) rapporte que Jeanne d’Arc, avant la délivrance de la cité Ligérienne, pria pendant toute une semaine la Vierge Noire d’Orléans.

Cet épisode de l'Histoire Orléanaise, renforça la vénération de la Vierge Noire des Miracles. Cette Vierge fut malheureusement brûlée pendant les guerres de religions en avril 1562. La chapelle qui abritait la statue, sera détruite en même temps que l'église Saint Paul par les Huguenots. Les édifices religieux seront reconstruits et achevés en 1566.
La statue de la Vierge sera refaite en pierre noire.

Au lendemain de la délivrance d’Orléans par ses armées, Jeanne d’Arc vint entendre la messe et prier devant la Vierge noire.

[page]

Le Sanctuaire fut préservé lors des bombardements en 1940. Cette raison, dit-on, c’était la volonté de la Vierge Marie elle-même. Elle voulait être honorée en ce lieu au pied d’une statue miraculeuse : la Vierge noire de Rocamadour.

Bref, Jeanne d’Arc adressait ses prières à la Vierge noire Notre Dame des Miracles ( appelée aussi l’Égyptienne Noire ) et lorsqu’elle fût emprisonnée à Rouen, la mère de Jeanne adressait ses prières à la Vierge Noire du Puy.


( Jeanne et la Vierge noire )


( Exemple de célébration de la Vierge - noire )



• Mais pourquoi le Front National célèbre Jeanne d’Arc le 1er mai !?

Jeanne, symbole de la défense de l’identité française Jeanne d’Arc est pour le F.N. un de la résistance à l’envahisseur. En effet, Jeanne d’Arc prend les armes en 1429 après avoir entendu des voix, afin de libérer la France des Anglais. Elle délivre Orléans le 8 mai ( c’est donc à cette date qu’elle est normalement célébrée ), Auxerre puis Troyes, avant d’être capturée et condamnée à mort.

[page]

Ce mythe de la jeune fille incarnant la France est alimenté par Jules Michelet qui en fait une héroïne dans une biographie publiée en 1841. Elle est ensuite béatifiée par l’Eglise catholique, en 1909, qui fête donc la Sainte Jeanne d’Arc le 30 mai. Il n’en faut pas plus à Jean-Marie Le Pen qui en récupère l’héritage, en fin connaisseur de l’histoire de France.

Le Front National n’est pas à l’origine de cette fête. C’est l’Action française de Charles Maurras, en 1909, qui associait Jeanne au royaume de France. Et ce n’est que le 13 mai 1979, à l’occasion des élections européennes qui ont lieu quelques jours plus tard que le FN, qui n’est à l’époque qu’un groupuscule, renoue avec cette vieille tradition. Royalistes, catholiques intégristes et nationaux révolutionnaires s’y mêlent. Ils sont très minoritaires. Rien à voir avec les dizaines de milliers de personnes qui se réuniront le 1er mai 1988.

Le 10 mai 1981, Le Pen dépose une gerbe sous la statue de Jeanne d’Arc Place des Pyramides. Encore une fois, peu de monde est présent. Le rendez-vous n’est pas inscrit dans le marbre. Ce n’est qu’en 1988 qu’il coïncidera avec la Fête des travailleurs. Pour devenir un rassemblement incontournable du FN qui permet, au fil du temps, de prendre le pouls du parti.

• L’ironie de l’histoire.

Comme nous le disions plus haut, Anne-Sophie Leclere ( ancienne membre du Front National ) avait notamment assumé un photomontage comparant Christiane Taubira à un singe, qu'elle avait diffusé sur son compte Facebook.

Mais Jeanne d’Arc, icône du F.N., priait pour une Vierge noire.

Il faut remarquer que ce fait n’est jamais avancé par les militants du F.N. pour mobiliser leurs troupes le 1er mai.

En tout cas, Jeanne d’Arc doit « se retourner dans sa tombe » comme le dit l'expression !
Elle qui croyait que la « Mère de Dieu » était noire… La pauvre !

Il faudrait plutôt croire que nous avons été créés à l’image d’un gorille qui vivait jadis dans la « Planète des singes »… C'est-à-dire en Afrique... ( je profite pour faire remarquer que même dans ce film, les singes les plus noirs, sont les plus stupides et les plus méchants )

[page]

Conclusion :

Le débat sur les origines des Civilisations est marqué par une inquiétude chez l’Homme blanc raciste aryen : que la Civilisation du monde puisse être rattachée à l’Afrique.

Cette inquiétude renferme la notion européocentriste voulant que « l’aube de la civilisation soit européenne, c’est-à-dire un évènement occidental » alors que la Science prouve aujourd’hui tout le contraire ( génétique, archéologie, textes anciens, anthropologie, géographie, etc… )

La prochaine étape vers une compréhension religieuse et un monde juste, peut consister à porter la Mère noire de la préhistoire et de l’histoire populaire à la conscience et à la connaissance du public. Il nous faut la porter à la conscience au vu des faits génétiques et archéologiques qui confirment que nous descendons tous d’une mère noire africaine.

La prise de conscience de ces origines africaines pourrait nous permettre de dissiper le fanatisme et l’étroitesse d’esprit découlant d’une ignorance qui peut s’avérer être notre plus grand obstacle sur la voie de la justice sociale.

Comparer un humain, une femme noire, à un singe, comme cela a été fait, c’est déjà stupide et raciste de la part de cette leucoderme.

Mais nous qui connaissons le potentiel intellectuel de la femme noire insultée, certainement l’une des dix femmes les plus brillantes en France actuellement, alors le cas de cette aryenne-caucasienne arrogante est vraiment pathologique et dangereux.

Parfois il vaut mieux se taire et passer pour un imbécile, qu’ouvrir sa grande bouche et laisser aucun doute à ce sujet…

Voici ce que Mandéla Rolihlahla Madiba ( connu aussi par son prénom anglais « Nelson », donné arbitrairement par une institutrice blanche dans l’Afrique du Sud de l’Apartheid ) nous dit à propos de nos origines africaines dans son livre, Un long chemin vers la liberté, ( pages 309-310 ) :

« En tant qu’étudiant, j’avais rêvé de visiter l’Égypte, le berceau de la civilisation africaine, le reliquaire de tant de beauté en art, j’avais rêvé de voir les pyramides et le Sphinx, de traverser le Nil, le plus grand fleuve africain (…) nous sommes allés en avion au Caire. J’ai passé ma première

[page]

matinée au musée à regarder les œuvres d’art, à prendre des notes sur les hommes qui fondèrent la civilisation antique de la vallée du Nil. Il ne s’agissait pas d’un intérêt d’archéologue amateur ; il est important pour des nationalistes africains d’être armés de preuves pour contredire les affirmations fictives des Blancs qui prétendent que les Africains n’ont pas de passé civilisé comparable à celui de l’Occident. En une seule matinée, j’ai découvert que les Égyptiens anciens avaient créé de grandes œuvres d’art et d’architecture à une époque où les Blancs vivaient encore dans des cavernes. Pour nous, l’Égypte était un modèle important (…) »

Repose en paix Madiba !

Espérons que cette leçon d’Histoire sera profitable aux racistes ! Mais j’en doute…


( Christiane Taubira )



Auteur de l’article : Etile René-Louis Parfait ( Imhotep ), Egyptologue, Ingénieur en chef et membre fondateur d'Africamaat.

Retour à l'accueil