Comme des " enfants ", les Blancs étaient élèves des Maîtres Nègres.

Un certain Béké de la Martinique disait encore il n’y a pas très longtemps : « Les Nègres sont des enfants… il faut les traiter comme des enfants… ».

Il y en aura toujours des visages pâles racistes. Cela nous donne aussi le droit de riposter et de faire du mal aux cervelles d’oiseaux ( au fait, les égyptiens anciens donnaient des noms d’oiseaux aux Blancs ; lol pour les racistes ! ).



Faire du mal aux cervelles d’oiseaux consiste simplement à exposer la vérité historique à des gens qui valent guère mieux que les excréments d’oiseaux. Donc pas sûr qu’ils comprennent…

Essayons : Nombreux sont les articles sur notre site bien-aimé qui ont démontrés que la naissance des sciences exactes et des sciences humaines s’est produite sur le continent africain.

[page]

La Vallée du Nil dans l’Antiquité ( c’est à dire le zone géographique que l’on appelait Kemmiou = Kémèt-Koush, les « Pays des Noirs » de l’époque pharaonique ) a énormément contribué dans l’apport des Noirs à la civilisation universelle, à la civilisation mondiale.



Le grand Savant sénégalais Cheikh Anta Diop, qui est décédé le 7 février 1986 et qui fut sans aucun doute le plus grand savant africain du 20e siècle, disait à propos de " L’apport de l’Egypte à la Grèce Antique " :

L’Égypte a été l’Institutrice de la Grèce dans toutes les disciplines, c’est un fait certain. Ce sont les Grecs eux mêmes qui le disent.

Les Grecs étaient très fiers de dire qu’ils sont allés s’instruire en Egypte pour dire qu’ils sont devenu des savants ( comme les Africains d’aujourd’hui sont souvent fiers de dire qu’ils ont été faire des études à Londres ou à Paris ou à Berlin )…

[page]


Il n’est arrivé à aucun moment à la Grèce l’idée de se comparer à l’Egypte. Même la Grèce à l’époque classique a continué à vénérer l’Egypte. C’est cela qui frappe aujourd’hui l’imagination des spécialistes. C’est cela qu’ils veulent nier.

Vous ne pouvez pas trouver dans les textes grecs de l’époque classique, une contestation de l’Egypte en tant que mère des Sciences.

Diodore de Sicile l’a suffisamment montré, Hérodote l’a suffisamment montré, Strabon parle même de Grecs célèbres qui ont fait des stages en Egypte comme Platon et Eudoxe.

Thalès qui a introduit la géométrie en Grèce est allé s’instruire en Egypte d’après la tradition grecque même. Pythagore également, il est resté 22 ans.

Démocrite, tous les grands savants grecs se sont instruits en Egypte. Et à l’époque ptolémaïque, ils vont venir tous s’installer à Alexandrie. Pourquoi ?

[page]

( Reste d'un temple de Kom Ombo )


Comment se fait-il que le foyer de la Grèce se trouve hors de la Grèce précisément ? C’est comme-ci, par exemple, la France Impériale avait installé le centre de son développement à Dakar et non pas à Paris ! Comment expliquer cette anomalie ? Comment se fait-il que toutes les sciences grecques se soient développées en Egypte et non pas en Grèce ?

Euclide, c’était en Egypte ; Aristote, il était en Egypte ; tous les savants grecs qui ont fait l’honneur, qui ont fait la réputation de la Grèce étaient en Egypte ; et surtout à l’époque hellénistique. Comment expliquer cela ? Parce que l’Egypte offrait une infrastructure scientifique, seule qu’elle possédait à l’époque. Même l’Egypte qui a cessé d’être indépendante continuait à être l’institutrice de la Grèce dans le domaine du Savoir

« Si la Grèce avait connu la pensée mathématiques avant d’entrer en contact avec l’Egypte, on aurait pu discuter. Si la Grèce avait connu la pensée philosophique avant d’entrer en contact avec l’Egypte, on aurait pu discuter. Mais je vous défie de trouver un élément de pensée mathématique, de pensée philosophique, de pensée scientifique grecque, avant le contact avec l’Egypte. Il n’y en a pas.

« La Grèce était semi-barbare au VIe siècle ( avant J.C. ) quand elle entre en contact avec l’Egypte. La Grèce était réfractaire à la science ; la Grèce était réfractaire à la philosophie ; la Grèce était réfractaire à la pensée scientifique d’une façon générale. Et c’est la raison pour laquelle les premiers néophytes grecs que sont Thalès, Pythagore et autres qui vont entrer en Egypte pour s’instruire de la science égyptienne, ils vont avoir toutes les difficultés pour acclimater cette science en Grèce.

Il y avait antinomie entre science, philosophie et état grec ( l’état cité s’entend ).

[page]

Par contre la science est née à l’ombre du pouvoir politique en Egypte, elle était au service du pouvoir politique en Egypte et de la pensée philosophique aussi. Et donc, voilà comment cette science s’est développée en Afrique noire et voilà comment elle s’est propagée en Méditerranée septentrional. Et seuls les Grecs, qui ont vécu avec l’Egypte, ont pu hériter de ces éléments. »

Pour appuyer ce propos, nous allons maintenant citer quelques « grecs célèbres » qui furent conduit comme des enfants par des maîtres nègres à l’époque pharaonique :

1) Celui qui est tenu par Aristote pour être le premier des philosophes en Occident ( nous parlons ici de Thalès de Milet ), a été formé en Égypte « où il fréquenta, selon la bonne foi de Diogène Laërce, les prêtres du pays ». En effet, Proclus confirme : Thalès fut le premier élève grec des Égyptiens anciens et introduisit la science en Grèce à son retour, en particulier la Géométrie.

Ainsi selon le témoignage de Diodore de Sicile, il tiendrait des connaissances d’ordre technique et qui lui seraient venues d’Égypte ( Livre I de Diodore, 96 ). Thalès était en fait un ignorant avant d’aller en Égypte. En effet, son biographe, Diogène Laërce écrit que « Thalès fut conduit comme un enfant » ( il fut instruit comme un enfant ) par les prêtres nègres de l’Égypte. ( Païs Paidagogia ) et selon ses propres biographes grecs, Thalès apprit la Géométrie et l’Astronomie des Égyptiens ( Diogène Laërce, vies, Thalès, 43 et 24 )

Ce qui est dingue dans cette histoire c’est que l’on nous parle en mathématiques de Théorème Thalès et de théorème de Pythagore, or nous ne possédons aucun écrit de ces deux individus. Le Théorème dit
« de Thalès » se trouve sur le Papyrus de Rhind ( problème N°53 ).

Nous rappelons que le Papyrus de Rhind date de 1700 ans avant la naissance de Thalès. Les Papyrus dit de Moscou et le Papyrus de Rhind, nous montrent que les Kamit avaient fait 2000 ans avant les Grecs l’étude mathématique de la pyramide et du cône et qu’ils utilisaient même les diverses lignes trigonométriques, tangente, sinus, cosinus, cotangente pour calculer leurs pentes.

2) Pythagore, lui-même, d’après l’aveu de Porphyre ( Vie de Pythagore ), Pythagore conseillé par Thalès, alla chercher la Science en Égypte ( c’est à dire, après avoir enseigné tout son savoir à son élève Pythagore, Thalès lui conseilla d’aller en Égypte ).

Et d’après Jambilique ( vie de Pythagore, 4,18,19 ), Pythagore aurait passé 22 ans dans les temples d’Égypte, apprenant la Géométrie surtout et l’Astronomie des Égyptiens et Jambilique confirme que tous les théorèmes de géométrie viennent de Kémèt.

L’Historien grec Hérodote traite Pythagore de simple plagiaire des Kamits. Il confirme le fait que les Kamits sont les inventeurs exclusifs de la Géométrie, qu’ils ont enseignée aux Grecs.
( Hérodote : livre II, 109 ).

[page]

3) Aristote écrit : « L’Égypte seule est le berceau des sciences Mathématiques »
( Métaphysique A, 1, 981 b23 )

4) Platon écrit : « Égypte berceau des savoirs, des sciences théoriques »
( Phèdre, 274 c-d )

5) Isocrate dit, comme Aristote, que les Égyptiens ont inventés les Mathématiques. ( Busiris )

Bref, Diodore dans son « Livre I » écrit que parmi les étudiants grecs en Égypte, il y a Homère, Pythagore, Platon, Solon, Eudoxe, Démocrite, Oenopide, etc...

Socrate, dans « Gorgias », donne même le prix du voyage pour aller en Égypte.

Désormais, le théorème dit « de Pythagore » n’appartient plus à Pythagore ( même sort pour Thalès ). Euclide et Archimède se font prendre en flagrant délit d’inspiration puisée à des connaissances nègres et qui sont connues et couramment pratiquées déjà depuis plus de mille ans avant eux.

Les Grecs avaient une très haute opinion des mathématiques égyptiennes, et les plus célèbres des mathématiciens grecs ont acquis leur savoir en Égypte, en faisant de longs voyages d’étude sur place, ou même en y passant leur vie comme l’a fait Euclide.

Donc on ne trouve trace nulle part, dans les textes antiques, d’une prétendue dualité d’une science théorique grecque, par opposition à un empirisme égyptien : l’Égypte, tout au long de son Histoire, reste la maîtresse incontestée dans tous les domaines scientifiques, en mathématiques en particulier.

L’idée d’une science égyptienne empirique est une invention des idéologues modernes, ceux-là mêmes qui cherchent à effacer, dans la mémoire de l’humanité, l’influence de l’Égypte nègre sur la Grèce.

Sur ce sujet, les falsificateurs de notre histoire ( Égyptologues, Africanistes ) sont bien des psychotiques, des malades mentaux, des mythomanes.

Les adeptes de la « White supremacy », les amoureux de « Tintin au Congo », les nostalgiques de « L’Afrique de l’Apartheid », les Békés exploiteurs des Antilles sans aucune humanité, vous n’avez pas encore fini de souffrir moralement…

Les Kamits sont de retour...

[page]


Rappelons aux « Fous-Furieux » qu’Hérodote disait que les Egyptiens anciens avaient la peau noire et les cheveux crépus ( Livre II, par. 104 ) et qu’Aristote disait qu'ils étaient excessivement noirs
( Physionomie, 6 ). Au fait visage pâle raciste... ce sont des citations grecques parmi tant d’autres…

Etile René-Louis Parfait ( Imhotep ) Egyptologue, Ingénieur en chef

Retour à l'accueil