Mugabe ou L’esprit zimbabwéen contre l'orage qui s’annonce.

Comme vous avez pu le constater, depuis quelques mois, les média occidentaux ont accentué leur pression médiatique sur le régime de Mugabé en le présentant aux masses mondiales comme un dictateur sanguinaire tout en passant sous silence leurs agissements diaboliques contre l'Afrique et les Africains.
Compte tenu du fait, que des jeunes panafricains aux Antilles et ailleurs, pourraient tomber dans le piège occidental de l'embrigadement médiatique, contre les pères de l'indépendance africaine ( au sens strict du terme ) qui ont tous été liquidés par puissances impérialistes car ces derniers voulant une Afrique et ses richesses appartenant aux seuls occidentaux, nous allons donc faire sur AfricaMaat.com de cette problématique " Mugabe ", un cas d'école, un dossier d'étude, un exemple de l'imagination machiavélique impérialiste occidentale afin qu'à l'avenir, nous ne soyons plus les jouets des média du nord.

Nous redemandons encore à France 24 de diffuser et de mettre sur le web notre débat télévisé sur Mugabé tenu face à des personnalités américaines et anglaises toutes anti-Mugabé, que nous avons enregistré dans leurs locaux afin que le public soit bien informé. Car quand on a rien à cacher, on n'agit pas de la sorte !
Le mensonge aura beau courir une année, la vérité le rattrapera en un seul jour !

Allocution du frère Molefi Kete Asante sur son expérience au Zimbabwé et la cambale médiatique occidentale contre Zimbabwé... Le déploiement de l’initiative anti-zimbabwéenne de la Grande Bretagne et du gouvernement des États-Unis est une partie de l'idéologie raciste de l’Occident contre le Zimbabwe libre et indépendant.
En tant qu'Africain Américain qui a travaillé et a habité au Zimbabwe juste après le deuxième Chimurenga. ( Chimurenga est un mot de la langue Shona du Zimbabwe, Il signifie révolte ou rébellion. )

La première Chimurenga est la révolte des Zimbabwéens en 1896 et 1897 contre les agresseurs colonialistes anglais de la British South Africa Company. Les Zimbabwéens perdirent et la colonisation britannique reprit de plus belle, avec l’objectif clairement annoncé d’exterminer tous les Noirs que les colons anglais qualifièrent de « brutes », comme l’explique l’écrivain suédois Sven Lindqvist dans son livre « Exterminez Toutes Ces Brutes, L’odyssée d’un homme au cœur de la nuit et les origines du génocide européen » ( Paris, Le Serpent à Plumes, 1998 ).

Le 4 mai 1898, au lendemain de la victoire des colonialistes britanniques, le projet d’extermination des Noirs est explicitement énoncé dans un discours du Premier Ministre anglais de l’époque, Lord Salisbury ( né le 3 février 1830 ; décédé le 22 août 1903 ) de son vrai Robert Arthur Talbot Gascoyne-Cecil, troisième marquis de Salisbury.
La deuxième Chimurenga fut déclenchée par Robert Mugabe et ses camarades patriotes en 1966,

[page]

exactement 70 ans après la première et seulement quelques mois après la Déclaration Unilatérale d’Indépendance de Ian Smith, faite le 11 novembre 1965. La deuxième Chimurenga dura 14 ans.
Quatorze années de lutte acharnée, durant laquelle les Zimbabwéens, militairement sous-équipés et peu préparés, affrontèrent héroïquement l’armée de Ian Smith que soutenait directement ou indirectement tout l’Occident, ainsi que l’Afrique du Sud de l’Apartheid, Israël, et l’Iran du Shah.

Malgré ces handicaps, les Zimbabwéens remportèrent victoire, la deuxième Chimurenga se solda par l’indépendance du Zimbabwe en 1980. je suis consterné par l’absence de discernement chez ceux des Zimbabwéens qui soutiennent les activités du Mouvement pour le Changement Démocratique ( M.D.C. ), un parti financé par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. En effet, Samora Machel disait que « la lutte pour la libération est une université. » Le seul problème est que beaucoup de personnes ne sont jamais allées à la guerre pour leur libération.

Harriet Tubman a dit qu'elle aurait pu sauver mille esclaves au lieu des 300 qu'elle conduisit à la liberté si elle eut pu les convaincre qu'ils étaient des personnes asservies. En fait, ce que nous voyons au Zimbabwe est la tentative de la part des groupes conservateurs américains alliés à des groupes britanniques d’introduire un cheval de Troie au sein de la nation zimbabwéenne.

Ceci est prévisible. C'est le modèle de la déstabilisation et c'est une honte que plusieurs de nos propres chefs aux Etats-Unis n’aient pas compris l'intention de sanctions contre le Zimbabwe. Morgan Tsvangirai est une création des fermiers blancs du Zimbabwe. Par leur argent, comme on le voit avec l'appui que reçoit Tsvangirai du fermier blanc Roy Bennett, trésorier du M.D.C. ( Le M.D.C. est le parti dirigé par l’opposant Morgan Tsvangirai. ), et d'autres blancs, le MDC a pu acheter des voix, influencer les populations paysannes dans les secteurs ruraux, et créer le chaos.

J'ai formé des journalistes au Zimbabwe à Zimco dans les années 1980 et je fus responsable de sa première promotion de diplômés. J'ai été irrité par la propagande continue des médias occidentaux contre les libertés des Zimbabwéens.
Nous tous condamnons les actions des crétins qui attaquent les personnes innocentes, mais nous réservons notre plus grande condamnation aux crétins politiques qui sont comme des oncles Tom mendiant le pain à leurs anciens maîtres. Ils vendront leurs mères et l’héritage de leurs pères pour l’argent de l’Occident.

Le MDC est un instrument des impérialistes occidentaux dans leur plus concrète expression. Le MDC reçoit son argent, ses ressources, et son appui des éléments les plus réactionnaires dans les pays occidentaux et il s'est montré opposé aux intérêts généraux du peuple. Les personnes éprises de liberté

[page]

perçoivent la tentative des médias occidentaux de peindre le Zimbabwe comme un gouvernement escroc, déconnecté du peuple.

Il n'y a aucune raison pour le peuple du Zimbabwe d'être découragé parce qu'il y a beaucoup d'amis de la liberté et de l'indépendance qui voient le battage des médias britanniques et américains comme partie d'une orchestration plus large de la tentative de l’entreprise impérialiste de miner l'agence africaine. Sur CNN aux Etats-Unis, Jesse Jackson a dit le 24 juin que Robert Mugabe fut un héros mais ne l’était plus. C'est une hérésie. Qu’a fait Mugabe pour être rétrogradé de sa stature de héros ?

Il a donné sa jeunesse et sa vie d'adulte pour lutter dans la jungle contre les occupants blancs de la terre de ses ancêtres. Mugabe sera toujours un héros aux yeux des Africains Américains épris de liberté.

La réforme foncière de Mugabe pour redonner aux légitimes propriétaires la terre volée a causé une campagne orchestrée contre Mugabe et son gouvernement. Mais le catalogue ne s'arrête pas là. Il a capturé et a mis en prison un groupe d'aventuriers militaires qui planifiaient de renverser le gouvernement d’une nation africaine. Nombre de ces aventuriers ont des liens avec la communauté blanche en Grande-Bretagne.
Je vois la position de Jesse Jackson comme un élément de l'effort international de faire pression sur le peuple zimbabwéen pour qu’il se soumette à l'intervention et à la pression internationale. Même Nelson Mandela était en Grande-Bretagne où il a condamné Mugabe pour la tragédie du leadership. Cette condamnation est une preuve de la puissance du système politique occidental.

Quand Mandela était en prison, Mugabe a permis l'utilisation de son propre pays et de ses ressources propres pour faciliter les combattants de l’ANC dans leur tentative pour renverser le régime minoritaire en Afrique du Sud. Mandela a-t-il oublié ceci ou quelqu'un a-t-il manqué de le lui dire ? 

Robert Mugabe et la Reine d'Angleterre en très bon termes durant la période où Mugabe acceptait le timing et la fourberie anglaise.

Les éléments progressistes de la communauté Africaine Américain doivent rassurer le peuple zimbabwéen qu'il a beaucoup d'amis en Occident et dans le monde, qui comprennent vraiment la raison de la souffrance au Zimbabwe et savent que le MDC est employé pour raffermir les éléments raciste et orchestrer le racket de ce pays.
Les Zimbabwéens sont les seules personnes qui peuvent résoudre leurs problèmes ; cependant, le peuple zimbabwéen doit savoir que leurs ennemis travaillent vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour

[page]

miner le fonctionnement légitime de leur gouvernement.

Depuis le mouvement de réforme foncière, les éléments réactionnaires blancs et noirs aux Etats-Unis, en Australie, en Afrique du Sud, et en Grande-Bretagne cherchent un levier interne au Zimbabwe pour miner la volonté puissante, engagée et déterminée du peuple zimbabwéen. Si le MDC se retire de l'élection, celle-ci doit continuer parce que le nom de Tsvangirai est déjà sur les bulletins.
L'union africaine a des observateurs dans le pays et Mugabe a sagement maintenu hors du pays la nation les individus qui voulaient entrer au Zimbabwe pour espionner, miner ou pour créer le chaos en essayant de trouver des ennemis du gouvernement.

Le MDC se retire de l'élection parce qu'il sait qu'il ne peut pas gagner. Ils essayeront de convaincre le monde que les décisions des personnes sont forcées, mais les Zimbabwéens doivent se tenir debout, avec leur héroïque histoire et refuser de permettre aux forces extérieures de voler l’indépendance de leur pays. Longue vie aux héros du Chimurenga ! Honneur aux camarades qui ont donné leurs vies dans les montagnes et les vallées du beau Zimbabwe. La danse européenne et américaine vers l'intervention à l'intérieur du Zimbabwe est une partie de la même hypocrisie que l'Afrique a éprouvée depuis toujours.

Si Morgan Tsvangirai croit que son attachement à l’Occident et à ses intérêts dans le soutien des propriétaires fonciers blancs minoritaires au Zimbabwe l'amènera au pouvoir, il a absolument tort.

Les masses des Zimbabwéens comprennent que quand 4000 blancs ont tenu 75 % des terres arables au Zimbabwe il n'y avait aucun outrage de la part des Européens et des Américains. Ces masses doivent pouvoir serrer leurs ceintures, restreindre leurs besoins matériels afin de maintenir leur liberté pendant que la Grande-Bretagne et l’Amérique activent leurs sanctions. Au cas où le Zimbabwe succomberait aux intérêts de la minorité blanche contre les masses de ses propres personnes ce serait sûrement la plus mauvaise forme d'esclavage apparue en Afrique australe.

Le fait que Mugabe, à la tête de la Z.A.N.U. était un leader militaire signifie qu'il sait ce qu'était la situation dans son pays avant l'élévation du MDC-T et de ses défenseurs de la droite américaine et britannique. Aussi longtemps que le peule élira le gouvernement du ZANU-PF il devrait rester au pouvoir comme avant-garde de la révolution.

Si les Zimbabwéens, sans coercition de l'extérieur, choisissent un autre parti, le ZANU-PF devrait quitter le pouvoir. Il n'y a aucune surprise qu’une enquête auprès de jeunes Africains il y a deux ou trois années a placé Robert Mugabe au premier rang du leadership devant tout autre dirigeant africain.
Vive Robert Mugabe !

[page]

( En 1960, Robert Mugabe crée avec son ami Josuah Nkomo, le ' Zimbabwe African Peoples Union ', Z.A.P.U., qui fut immédiatement interdit par le gouvernement blanc de Ian Smith ( 1er Ministre ) qui souhait appliquer l’apartheid sud-africain au Zimbabwe. )

En 1964, Mugabe est arrêté avec d'autres chefs de file nationalistes et jeté en prison pendant 10 ans. En 1966, on lui refuse une permission pour aller enterrer son fils décédé. Libre en 1974, il se réfugie au Mozambique où il prend la direction de la branche militaire de la ZANU, la ZANLA ' Zimbabwe African National Liberation Army ', pour préparer la guerre contre le gouvernement de Ian Smith qui extermine les Noirs.

Après maintes tergiversations et tentatives de compromission de noirs initiées par Ian Smith pour conserver la main mise anglo-saxonne sur le Zimbabwe, en décembre 1979, le pays redevient la colonie britannique de Rhodésie du Sud. Les accords de Lancaster House de fin décembre 1979, finalisèrent l'octroi de garanties économiques et politiques pour la minorité blanche et des élections multiraciales prévues 10 ans après ( 1980 ).

Après une campagne électorale agitée, Mugabé devint Premier Ministre en 1980. En 1987, Mugabe devint Président et mit un terme au rôle politique des blancs dans son pays. En 2008, Les Anglais, qui ont violé leur propre contrat sur 10 ans qui stipulait qu’il devait remettre les terres aux Zimbabwéens, refusent de dédommager les fermiers blancs et veulent même récupérer les terres agricoles et naturellement certains gisements de minerais stratégiques. Pour cela, ils recrutent le leader du MDC comme cheval de Troie.

Aidé des USA qui l’offrent plus de 30 millions de dollars pour financer sa campagne contre Mugabe, le voila promut garant de la démocratie au Zimbabwe. Mais quelle farce !!!

Ecoutons notre prophète Bob Marley exprimer ses mots que les bouches zimbabwéennes muselés par l'occident ne peuvent plus prononcer ' Bob Marley, Zimbabwe ' Jah Rastafary !

( Molefi Kete Asante Président, Association of Nubian Kemetic Heritage Auteur de ' The History of Africa ' www.asante.net ; téléchargez la Déclaration officielle de l'ONU )

Retour à l'accueil