La traite négrière européenne n'est pas terminée !

Au Tchad, 9 Français, soupçonnés de trafic d'enfants, arrêtés ( B.B.C. Afrique 26/10/2007 ) L'affaire a débuté jeudi à 2 heures lorsque plusieurs voitures transportant 103 enfants ont été arrêtées par les autorités tchadiennes.

Les neuf Français les accompagnant ont été mis aux arrêts. Selon Annette Rehrl, la porte-parole du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies jointe par BBC Afrique, les enfants seraient agés de 1 an à 8 ans. Ils paraissent choqués et il est difficile de connaître leur nom et de savoir d'où qu'ils viennent. De la nourriture et des vêtements leur ont donné.

Les autorités tchadiennes cherchent à mettre au clair ce que les 103 enfants pouvaient bien faire à une telle heure dans cette zone. D'après la radio privée française Europe 1 qui cite des sources diplomatiques françaises, ces enfants auraient dû être transportés par avion à l'aéroport de Reims-Vatry à 160 km à l'est de Paris.

Parmi les Français arrêtés figurerait un dirigeant de l'ONG " Arche de Zoé ", une association qui propose de faire " adopter " des enfants du Darfour par des familles françaises mais aussi des membres de l'association " Children Rescue ". Toujours d'après Europe 1 300 familles principalement françaises auraient déjà versé entre 2.800 et 6.000 euros pour recevoir un enfant. Eric Breton de l'association
" Rescue Children " a affirmé jeudi à la radio nationale tchadienne que ces enfants devaient être évacués à Paris pour des raisons sanitaires.

Mais les autorités tchadiennes soutiennent pour leur part que ces enfants ne sont pas du tout malades. Des bandages auraient été mis aux pieds et à la tête pour faire croire qu'ils avaient besoin de soins.

Les 9 français resteront en détention jusqu'à ce que la lumière soit faite dans cette affaire. " C'est une opération complètement illégale ", a affirmé auparavant l'ambassadeur de France au Tchad, Bruno Foucher, au sujet du projet " Children Rescue " monté par l'association française Arche de Zoé pour
" évacuer " ces enfants. " Les membres de Children Rescue qui ont participé à l'ensemble de cette manipulation illégale répondront de leurs actes au Tchad ", a-t-il ajouté lors d'une visite à Abéché, principale ville de l'est du pays, avant de se rendre à Biltine, plus au nord, pour rencontrer le président tchadien Idriss Deby Itno. Neuf Français, des membres de l'association et trois journalistes, ainsi que sept membres espagnols de l'équipage de l'avion affrété par l'Arche de Zoé pour transporter les enfants en France ont été interpellés jeudi à Abéché. Leur garde à vue, prolongée samedi de 48 heures, s'achève lundi. Ensuite, " je crois qu'ils seront probablement transférés à la maison d'arrêt ", a déclaré dimanche le ministre tchadien de l'Intérieur, Ahmat Mahamat Bachir.

Les autorités tchadiennes ont accusé verbalement les responsables de l'opération d' " enlèvement " et
" trafic " d'enfants, et le président Deby a menacé de les sanctionner " sévèrement ". Dès le début de

[page]

l'affaire, jeudi, la plupart des organisations humanitaires internationales présentes dans l'est du Tchad pour assister quelque 236.000 réfugiés du Darfour et 173.000 déplacés tchadiens ont pris leurs distances avec l'opération très controversée de l'Arche de Zoé.

L'Unicef a assuré pour sa part que les enfants étaient en " excellente santé ", que la plupart étaient originaires du Tchad et que rien ne prouvait qu'ils étaient orphelins. Encore des Européens qui considèrent les nègres comme des insectes !

Retour à l'accueil