La Guerre contre le Démon Blanc, ennemi de l'Afrique !


Hotep ! Depuis que les Occidentaux se mettent à la place des Noirs, pour juger de ce qui est bon pour eux, il est urgent qu'ils soient remis à leur place à eux et qu'on leur conseille de s'occuper de leurs oignons. Si quelqu'un a intérêt, pour sa santé psychique, à « affronter sa véritable histoire », c'est bien les Occidentaux.

Depuis plus de quatre siècles, on est saoulé par le discours occidental sur les Noirs. Il est marqué par son irrationalité. Il suffit toujours de se référer au bon sens pour le réfuter. Il proclame forcément le contraire de ce qu'il cache.
Pour prendre la mesure de ce que Malcolm X appelait le « Démon Blanc », faut-il rappeler les noms suivants : Boganda, Sylvanus Olympio, Um Nyobé, Sankara, Pouémi, Patrice Lumumba, Moumié, Osende Afana, Ernest Ouandié, Steve Biko, Cabral, Edouardo Mondlane, Ruben Um Yobe, etc...

Ignore-t'on que tout Africain qui a voulu se débarrasser du joug colonial, d'une façon ou d'une autre, a été tué ou neutralisé par le « Démon blanc » !? Le pillage de l'Afrique, le soutien de la France aux dictateurs et aux trucages des élections, le torpillage gaulois des forces progressistes africaines, la confiscation aux peuples africains de leur destin...

Faut-il rappeler le comportement de la France contre l'offensive de toute l'Afrique centrale contre Mobutu ? Paris a recruté, entre autres, des mercenaires serbes, pour la plupart criminels de guerre, pour soutenir le dictateur !

Faut-il vous rappeler que pour le génocide rwandais en 1994, le gouvernement de tueurs a été constitué

[page]

dans les locaux mêmes de l'Ambassade de France à Kigali sous la supervision de l'ambassadeur Jean-Michel Marlaud !

Sachez que le but de la Mondialisation est de faire de l'Afrique une zone privilégiée pour des visages pâles affairistes peu scrupuleux et des mafias de leucodermes. Mais il faudrait quand même être bête pour ne pas comprendre la valeur que le prédateur, blanc et judéo-chrétien, donne à la vie et à la dignité d'un nègre !
Dernièrement, avez-vous vu au moins les images des massacres des civils Ivoiriens perpétrés par l'armée française ( une armée d'occupation en Afrique ) ?

Minimiser les crimes du colonialisme ouvre la voie aux turpitudes du néocolonialisme. Aimé Césaire a écrit cela dans ' Discours sur le colonialisme ' : « L'Europe est responsable du plus haut tas de cadavres de l'Histoire de l'humanité. L'Europe est moralement, spirituellement indéfendable »

Donc, tout cela constitue le premier point que je voulais aborder. C'est-à-dire, qu'aujourd'hui, nous devons concentrer une partie de nos efforts à lutter contre la « Françafrique », c'est-à-dire contre toutes les liaisons incestueuses, mafieuses entre la France et l'Afrique. Par exemple à Paris, nous pouvons faire des pétitions à nos ambassades et diffuser ( par exemple sur Internet ) les lettres ( avec les réponses ).

Bref, nous devons éliminer la « Françafrique » comme l'aurait dit Malcolm X : « Par tous les moyens nécessaires »


[page]

Le deuxième point Il concerne l'éducation, l'enseignement, l'information ou si vous préférez, à la lumière des travaux du Savant Sénégalais Cheikh Anta Diop, cela concerne les enjeux pour le XXIe siècle. Quels sont les enjeux ? Vous savez très bien que les travaux de Cheikh Anta Diop, sont des travaux que l'on peut qualifier de révolutionnaires ! C'est toute l'Histoire universelle qui risque d'être réformée si les travaux venaient à être diffusé largement.
Donc, chacun voit toute suite les conséquences qui sont quant même incalculable.

Je donne un exemple pour vous préciser un peu de quoi il s'agit et quels sont les enjeux. Je parle très précisément des enjeux culturels ici : Il est de bon ton d'affirmer que ce sont les grecs ( n'est-ce pas ) qui ont inventé les mathématiques, les sciences, les techniques d'une manière générale. Et, il y a comme une sorte de miracle grec, d'héllénomania dans le domaine de la recherche, surtout dans les sciences humaines. Pourtant, les grecs en question n'étaient rien d'autres eux-mêmes que des élèves, des disciples des prêtres égyptiens.

Thalès lui-même, Thalès de Milet, ce phénicien de souche dont parle Hérodote, il a étudié la géométrie en Égypte. Tous les tests, tous ces doxographes en particuliers, c'est à dire « ceux qui recueillent les opinions » dont parle Diogène Laërce, tous ces doxographes sont unanimes sur ce point. Le théorème qui est officiellement attribué à Thalès de Milet, ce théorème est connu dans les documents égyptiens, c'est à dire dans le papyrus ' Rhind ' ( c'est le problème n°53 du papyrus Rhind ).

Il en est de même pour Pythagore de Samos, n'est-ce pas, qui a vécu en Égypte pendant 22 ans. Conseillé par Thalès, il avait été envoyé par le Tyran de Samos, Polycrate, pour étudier.
Il était recommandé auprès du pharaon d'Égypte Amasis ( malgré cela, les prêtres d'Égypte lui ont fait quelques misères avant d'accepter de le former ).

Il y a aussi Solon d'Athènes, le législateur. Etc... En fait, tous les plus grands et célèbres savants grecs sont venus s'abreuver de science et de littérature sur les bords du Nil, dans les Temples, dans les « Maisons de Vie » ( Per Ankh en égyptien ancien ).
Ce sont les grecs eux-mêmes qui le disent unanimement. Nous ne possédons aucun écrit de la main de Thalès ou de celle de Pythagore. Pour être juste, nous avons une lettre de Thalès dans laquelle il dit qu'il n'aimait pas écrire et qu'il préférait voyager. Il ne faisait pas des mathématiques ( en tous cas, pas avant son contact avec l'Égypte ). Hérodote est encore plus précis.

Hérodote ( le père de l'Histoire pour les Européens ) dit qu'il a vu les égyptiens de ses yeux lorsqu'il a visité la Vallée du Nil.

Et il dit précisément en grec : « Kaï oti melagkhroes eisi kaï oulotrikhès »,
c'est à dire les Égyptiens qu'il a vu, ont la peau noire et les cheveux crépus.

[page]

Malheureusement le témoignage d'Hérodote a été pour ainsi dire atténué par les falsificateurs puisque dans les Éditions « Les Belles Lettres », on voit qu'Hérodote aurait dit qu'ils ont la peau brune. Alors que le qualificatif pour dire « brun » existe en grec même. Pour « Brun » on dit « Phaios ».
Nous savons que « Mélas » ne signifie que « noir » en grec.
C'est le terme le plus fort pour dire « Noir ».

Aristote ( précepteur de l'empereur Alexandre ) dit que les Égyptiens et leurs voisins du sud sont « Agan Mélanès » ( excessivement noirs ). Bref, c'est par des déformations de certains textes par les falsificateur qu'on ait venu finalement à nier l'appartenance de l'Égypte au contexte africain.

Mais ce qui est sûre : c'est une réforme de tous les systèmes éducatifs en vigueur actuellement dans le monde qui est le premier enjeux.
Il y a un deuxième enjeux qui est plutôt politique ; Si les Africains ont de nouveau la maîtrise de leur système éducatif, si les africains arrivent à former des cadres qui soient des cadres qui connaissent véritablement l'histoire de l'Afrique, qui sont imprégnés des valeurs culturelles fondamentales de l'Afrique, à ce moment là, ça peut créer une dynamique ; il peut y avoir une créativité nouvelle et aussi ce que nous pourrions appeler « ce débat intellectuel » qui fait défaut. Parce que ce qui se passe actuellement en Afrique, c'est qu'on a affaire plutôt à des intellectuels qui sont des fonctionnaires et qui font un travail alimentaire. Mais il n'y a pas un travail de recherche fécond pour l'Afrique par des Africains. Donc, c'est un peu toutes ces perspectives qu'ouvre l'œuvre de Cheikh Anta Diop.

Et puis enfin, au moment où se font les grands ensembles un peu partout dans le monde, on vient de voir les étapes franchis par l'Europe puisque il y a maintenant une monnaie qui est l'Euro, les États Unis constituent un bloc ; l'Asie est en train de créer un espace économique qui permettra de développer la libre circulation des hommes, des biens, etc. ; Il n'y a que l'Afrique qui présente le visage d'un morcellement politique. Et Cheikh Anta Diop dans un ouvrage très important intitulé « Les Fondements Économiques et Culturels d'un futur État fédéral d'Afrique noire », après avoir analysé sur le plan géopolitique, sur le plan stratégique, et sur tous les plans les problèmes concrets qui se posent aujourd'hui à l'Afrique, en est arrivé à la conclusion que seul un état fédéral d'Afrique noire pourra résoudre les défis qui sont lancés à ce continent à l'aube du troisième millénaire. C'est donc dire que l'œuvre par son ampleur, par le souffle épique qui s'en dégage, par la pertinence des analyses, c'est une œuvre de visionnaire.

Mais par delà cela, Cheikh Anta Diop était un humaniste. C'est à dire, c'est un homme qui pense qu'on ne peut pas juger de la valeur d'un être humain à partir de la couleur de sa peau. Bref, l'œuvre de Cheikh Anta Diop a une portée considérable. Mais, surtout, cet œuvre demeure méconnu pour beaucoup d'Africains ( Afrique continentale surtout ).

[page]

Donc, à l'heure où nous avons des multimédias, nous avons un certain nombre de moyens technologiques de pointe, il faut profiter de tout cela pour faire connaître l'œuvre de Cheikh Anta Diop et de ses disciples.



L'Afrique continentale demeure notre principale soucis.
« Quand l'Afrique sera unie, ça va faire mal »
Ankh , Oudja, Sénèb ! ( Vie, Santé , Force )

Retour à l'accueil