Se connecter - S'inscrire

L'origine africaine du concept de " mesure " du temps.

Partager

Djehuty à tête d'ibis ( symbole de la précision ) Conscient de l’héritage que les Grecs doivent dans ces domaines à l’Afrique noire, le géographe Strabon nous a légué un testament fort explicite :

« Et si le monde leur doit ( à savoir aux Egyptiens ) de savoir aujourd’hui combien de fractions de jours il faut ajouter aux 365 jours pleins pour avoir une année complète, les Grecs ont ignoré la durée vraie de l’année et bien d’autres faits de même nature, jusqu’à ce que des traductions en langue grecque des mémoires ( scientifiques ) des prêtres égyptiens aient répandu ces notions parmi les astronomes modernes ».
( Cf. Strabon, Géographie, livre XVII )

b) Les saisons de l’année en Afrique ancienne...

Durant l’antiquité, l’année kamite se décomposait en trois saisons de quatre mois, L’Inondation, Akhet
( Ax.t ) qui allait de la mi-juillet à la mi-novembre, La Germination, Péret ( pr.t ) qui allait de la mi-novembre à la mi-mars, La Moisson, Shémou ( Smw ) qui allait de la mi-mars à la mi-juillet. Enfin, le nouvel an avait lieu toutes les années à la mi-juillet.

2- Invention d'instruments de mesure du temps

a) L’invention de la clepsydre...

La clepsydre ou horloge à eau est une invention typiquement africaine qui date de la XVIIIème dynastie égyptienne. C’est la plus vieille horloge du monde et elle fut inventée par le savant africain Amenemhat, qui dit-on a crée ce " splendide instrument en l’honneur du roi Aménophis 1er " ( inscription figurant dans sa tombe à Thèbes ). La clepsydre était un grand vase de forme tronconique, dans lequel l’eau s’échappait à une cadence régulière.

Cette innovation technique permettait aux scribes de mesurer précisément le temps qui s’écoulait. Les parois intérieures de l’objet sont divisées en graduations identiques qui indiquent les 12 mois de l’année, les 12 heures du jour et de la nuit, etc...

La vitesse de l’écoulement variant en fonction de la température et de la pression de l’eau, les Kamits palliaient cet inconvénient en élaborant des formes évasées.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8