Se connecter - S'inscrire

Quand l'Africain était L'Or Noir de L'Europe, Interview de Bwemba Bong pour Africamaat.

Partager

Je crois que nous vivons dans un monde virtuel, parce que nous n'arrivons plus à rattacher à ce passé qui doit nous permettre d'avancer.

C'est comme un enfant qui serait lâché dans un désert, il ne sait pas d'où il vient, c'est comme s'il avait surgit... Parfois, j'entends des gens dire qu'ils n'ont pas souffert de l'esclavage, or prétendre cela veut dire qu'on ne sait pas que s'il n'y avait pas eu les razzias négrières, nous ne serions pas ici aujourd'hui, car nous aurions eu une nation avec notre propre langue et nous vivrions avec les autres côte à côte.

Pour moi, la rupture de la conscience historique est d'abord la perte de la mémoire de notre histoire. Nous ne savons pas d'où nous venons, nous ne savons pas non plus qui nous sommes, donc nous ne pouvons pas savoir où nous allons.

Il faut d'abord que nous récupérions cette mémoire collective de qui étaient nos ancêtres, car une fois encore, il n'y a pas de générations spontanées.

Une fois que nous aurions récupéré cette mémoire collective, nous allons commencer à nous reconstruire, et c'est après nous être reconstruit, que nous commencerons à avancer vers un futur lumineux comme les autres nations.

Aujourd'hui nous travaillons pour des nations qui nous ont toujours dominées, même à notre époque, dans des laboratoires de recherche leur donnant sans nous en rendre compte, les armes pour qu'ils viennent nous détruire.

Cela me fait dire que l'Afrique est le plus grand hôpital psychiatrique de la planète.

Résumons, récupérer notre passé, construire notre présent, pour nous propulser vers le futur. Voilà les 3 étapes nécessaires pour le peuple noir.

Ces étapes exigent que nous sortions de ces divertissements, cette diversion qui veut nous entraîner vers un universalisme dans lequel nous n'avons aucune identité.

De plus dans l'universalisme, nous n'avons rien à apporter aux autres puisque nous n'existons pas, car nous sommes niés dans toute notre dimension.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12