Se connecter - S'inscrire

Petites hypocrisies universitaires à propos de l'esclavage. ( Episodes 1 & 2. )

Partager

( Episodes 1 )



Lorsqu'on analyse l'accueil réservé par le monde universitaire à l'ouvrage d' Olivier Pétré Grenouilleau « Les traites négrières : essai d'histoire globale », prix d'histoire du Sénat en 2005 (sic), on ne peut que s'étonner du peu de critiques officielles soulevés par cette publication. Pourtant, rarement un écrit n'a soulevé autant d'animosité au sein du public afro-français ( Antilles, Afrique ) et rarement les enseignants des DOM TOM n'ont fait l'objet d'une pression aussi forte de la part de leur hiérarchie.

Cette absence de critiques tant naturelle que forcée, tendrait donc à faire croire aux étudiants et au public que l'ouvrage aurait un véritable fond historiographique et que la méthodologie utilisée, à savoir la « Méthode globale », serait honnêtement plébiscitée dans le cadre académique. En y regardant de près, tout cela se révèle n'être qu'une mascarade honteuse dont la finalité est de tronquer la vérité historique au profit d'une histoire aux saveurs eurocentristes, romancées et falsifiées.

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12