Se connecter - S'inscrire

Lettre ouverte au C.R.A.N. et autres profanateurs...

Partager

Lettre ouverte au C.R.A.N. et autres profanateurs associés de la mémoire des victimes de la traite négrière transatlantique....

Nos inquiétudes face à certains projets de commémoration sont légitimes !

Mesdames, Messieurs, La France se souviendra, pour la première fois, de la tragédie des millions d'Africains, Hommes, Femmes et Enfants, razziés, déportés et esclavisés dans le « nouveau monde » au nom de théories racistes postulant de l'infériorité naturelle des Noirs, et d'autres plus utilitaristes ayant fait du continent Africain une source intarissable de main d'œuvre soumise, humiliée et corvéable à souhait pour la mise en valeur des terres des Amériques.

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette initiative mémorielle, même si elle intervient tardivement, soit huit années après l'importante mobilisation d'associations Africaines et de descendants d'Africains issus de la Traite Négrière Transatlantique, à l'occasion du cent cinquantième anniversaire de l'abolition de l'esclavage.

C'était en 1998, mais curieusement cette commémoration, qui avait réuni 45 000 manifestants pendant une marche silencieuse, n'avait suscité qu'une certaine indifférence dans les médias et la grande majorité de la classe politique.

Toutefois, alors que la loi dite Taubira du 21 Mai 2001, qui reconnaît la traite et l'esclavage des Noirs comme Crime contre l'Humanité par la France, concrétise enfin de longues années de luttes d'associations, de personnalités et d'anonymes, implique de tous un Respect inconditionné de la Mémoire des Victimes et suppose, outre des réparations légitimes, un égard solennel à l'adresse de leurs Descendants, nous demeurons particulièrement attentifs sur la nature des diverses cérémonies qui accompagneront la prochaine journée du 10 mai 2006, désormais, jour national du souvenir des victimes de Traite Négrière Transatlantique.

Notre vigilance est d'autant plus grande qu'il y a, encore une fois, des entreprises tendant à porter atteinte à notre travail de mémoire, chose qui ne serait admise par aucune communauté humaine victime d'un Crime contre l'Humanité.

Nous pensons en particulier à ce projet ubuesque dans lequel le CRAN, le 10 Mai prochain, avec le soutien scandaleux des pouvoirs publics, de personnalités du show-biz et d'associations dites antiracistes, entend profiter de l'abolition de l'esclavage, sur un ton festif, pour aussi bien célébrer la fraternité et les victoires des abolitionnistes que la libération des Noirs, sur fond de musique techno parade, chars arc-en ciel, ambiance « touche pas à mon pote » et cotillons. Rien que ça !

1 - 2 - 3 - 4