Se connecter - S'inscrire

La Férocité Blanche.

Partager

le Mexique et l'Amérique centrale où s'épanouissaient de merveilleuses civilisations : celles des Aztèques, des Toltèques, des Incas, des Mayas en particulier.

La conquête européenne les a toutes frappées à mort et personne ne peut dire aujourd'hui, comme le notait Aimé Césaire, " de quelles contributions supplémentaires ( ces civilisations ) eussent enrichi l'humanité " si elles avaient survécu.

Pour donner une idée globale de la destruction de la population indigène d'Amérique, remarquons qu'en l'an 1500, il y avait en Amérique 80 millions d'habitants. Au milieu du XVIe siècle, de ces 80 millions il n'en reste que 10.
( cf. T. Todorov, " La conquête de l'Amérique " et R. A. Plumelle-Uribe, « La Férocité Blanche » )

Les indigènes qui n'étaient pas massacrés sur place étaient réduits en esclavage et cela ne différait leur fin que pour peu de temps.

A chaque changement de bourreau, la victime était marquée sur le visage, au fer rouge, de l'initiale de son nouveau maître. Si bien que, malgré leur très courte espérance de vie, les visages des indigènes avaient souvent l'apparence d'un alphabet.

Tout Blanc peut torturer, massacrer et exterminer sans crainte d'un tribunal.

Exemple 1 : Des Chrétiens rencontrèrent une Indienne qui portait dans ses bras un enfant qu'elle était en train d'allaiter ; et comme le chien qui les accompagnait avait faim, ils arrachèrent l'enfant des bras de la mère et, tout vivant, le jetèrent au chien qui se mit à le dépecer sous les yeux même de la mère...
( " La Férocité Blanche " p. 43 )

Exemple 2 : Quand il y avait parmi les prisonniers quelques femmes récemment accouchées, pour peu que les nouveau-nés se missent à pleurer, ils les prenaient par les jambes et les assommaient contre les rochers, ou les jetaient dans les broussailles pour qu'ils achèvent de mourir.
( " La Férocité Blanche " p. 43 )

Exemple 3 : Le massacre de Canao fut, statistiquement, un massacre parmi tant d'autres perpétrés par des conquistadores. Ce qui peut le rendre édifiant, c'est l'absence de prétexte pouvant expliquer l'événement, aucune situation de danger réel ou apparent, fausse alarme ou malentendu faisant croire à de possibles hostilités. Et pourtant, la violence et les sévices déployés sont insoutenables. " Arrivés au village après ce déjeuner sur l'herbe, les Espagnols ont une nouvelle idée, c'est de vérifier si les épées sont aussi tranchantes qu'elles paraissent. Un Espagnol ( dont on peut croire que le diable s'était emparé ) subitement tire l'épée et aussitôt les cent autres en font autant, et entreprennent d'éventrer,

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13