Se connecter - S'inscrire

Esclavage, Petites hypocrisies entre amis, Episode 2.

Partager

1) La thèse eurocentriste de l'esclavage à Kemet ( Véritable nom de l'Eghypte ancienne ) :

Dans son livre " Les traites négrières : essai d'histoire globale " et plus exactement dans le passage intitulé « Antiquité : des esclaves noirs sans la traite » , Olivier Pétré-Grenouilleau se livre à un plaidoyer fallacieux visant à démontrer que l'esclavage à bel et bien existé en Afrique ancienne, pays qui fut même selon lui, à l'origine de la création du trafic négrier
( Cf. Les traites négrières : essai d'histoire globale, Olivier Pétré-Grenouilleau, éd. Gallimard ).

Ainsi déclare-t-il :
« On sait que l'Egypte pharaonique, sans doute la grande « initiatrice » en ce domaine ( l'esclavage des Noirs ), utilisa des captifs noirs, au moins dès le III millénaire et sans doute de manière plus importante à partir du Nouvel Empire, entre 1552 et 1070 av. J.C. (...) Ils pouvaient faire l'objet de contrats de vente, d'achat, de location ou de prêt et devenir les éléments d'un commerce entre propriétaires privés »
( CF. Les traites négrières, idem, page 22 ).

Voulant faire à tout prix de l'Afrique noire son propre bourreau, les historiens eurocentristes ne reculent devant aucun stratagème pour échafauder leur thèse fallacieuse.
Compte tenu du fait, que nous sommes face à des bricoleurs de la petite semaine qui ne vérifient pas la consistance de leur argumentation, je vous invite à désintégrer leur thèse, que dis-je, leur échafaudage argumentaire.
( Pour plus d'informations, merci de vous référer à mon ouvrage http://jpomotunde.blogspot.com/2007/04/la-traite-ngrire-europenne-vrit.html )

2) La vérité historique :

Confronté à la réalité des faits historiques, Olivier Pétré-Grenouilleau se contredit lui-même en déclarant plus loin :
« Probablement peu nombreux, car le travail servile n'était pas un trait essentiel de l'économie égyptienne (...) Limité, ce type d'esclavage paraît en outre avoir été rythmé par les phases d'expansion et de recul de la puissance égyptienne à partir du Nil (...) Il fut parfois ( l'esclavage ) appliqué à des étrangers qui avaient été d'abord accueillis avant d'être réduits en esclavage, comme les Hébreux ».

Pour l'Europe, c'est un tout autre discours que tient Olivier Pétré-Grenouilleau :
« Le monde égéen a connu la présence de Noirs (...) Les esclaves noirs étaient encore des objets de curiosité pour les Grecs (...) Les nombreux captifs utilisés comme domestiques ou artisans à la ville (...) ceux qui étaient exténués par la dure exploitation des gisements de plomb argentifère du massif de Laurion (...) La plupart des esclaves venaient d'Europe, d'Asie Mineure et de Syrie »
( CF. Les traites négrières, idem, page 24 ).

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7