Se connecter - S'inscrire

Esclavage Indemnisations & immoralité française.

Partager

La Loi Taubira voté en 2001 par l'Assemblée Nationale, visant à reconnaître la traite et l'esclavage des noirs comme un Crime contre l'humanité, ne prévoit bizarrement aucune compensation ni réparation pour les descendants des victimes.

Cette démarche est un véritable camouflet pour la morale car n'oublions pas que lors de l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises en 1848, une forte indemnité fut versée aux planteurs par Victor Schoelcher et aucune mesure ne fut prise en direction des victimes.

De ce fait, l'immoralité fut le trait marquant d'une République Française naissante, immoralité accentuée par le cas d'Haïti.

1- L'indépendance d'Haïti Sur cette ancienne colonie française, la révolte massive des esclaves menés par Toussaint Louverture en 1793, avait accéléré l'histoire et entraîné l'abolition de l'esclavage avalisée officiellement par les commissaires civils Sonthonax et Polverel le 29 août 1793 dans la province du Nord et le 4 septembre dans les parties ouest et sud ( 6 mois après, soit le 4 février 1794, la Convention généralisa l'abolition qui fut diversement appliqués dans l'ensemble des colonies, exemple,
La Réunion ).

Toussaint Louverture ( http://chateaudejoux.com/toussaint/principale.html ), après avoir rétabli la paix et chassé les Espagnols et les Anglais qui menaçaient la colonie, fut nommé Gouverneur par la France. Il œuvra alors avec succès pour la prospérité de l'ïle et proclama finalement une constitution autonomiste, ce qui ne fut pas du goût de Napoléon Bonaparte. L'empereur envoya alors une expédition militaire composée de 50 000 hommes placés sous les ordres de son beau-frère le Général Leclerc pour capturer Louverture et rétablir l'esclavage.

Ce dernier résistât héroïquement, mais fut fait prisonnier par le biais d'une ruse.

Rochambeau à la tête des troupes français, reprit alors le flambeau de Leclerc et tenta de rétablir l'esclavage par la force. Mais il se heurta à Jean-Jacques Dessalines et fut vaincu à la bataille de Vertières.

Dessalines proclama donc le 1er janvier 1804, l'indépendance du pays sous le nom d'Haïti. 

2- La réparation des colons obtenue sous la menace De cette défaite, l'état major français en gardait un goût amer et le 3 juillet 1825, une expédition militaire composée de 14 navires de guerre français arriva finalement à port au Prince. A son bord le capitaine Mackau, émissaire du gouvernement français, avait été missionné pour informer Mr Jean-Pierre Boyer alors président d'Haïti, que la France n'était point décidé à reconnaître l'indépendance de son ancienne colonie, tout autant que les anciens propriétaires

1 - 2 - 3 - 4